DGACM.ORG >> Manuel >> Abréviations, sigles et acronymes

Abréviations, sigles et acronymes

La présente section traite des sujets suivants :

Introduction

Le sigle est une suite d’initiales servant d’abréviation, par exemple : CCQAB, OCDE, SNCF. L’acronyme est un sigle immédiatement prononçable comme un mot ordinaire, par exemple : ovni, sida.

Les sigles et acronymes français reprennent, dans la plupart des cas, les initiales de l’appellation en français, par exemple : CNUCED, FMI. Il arrive toutefois qu’ils reprennent les initiales de l’appellation dans la langue originale. C’est le cas, par exemple, de la FAO et de l’UNITAR.

Les sigles et acronymes sont d’un emploi très général, au point que parfois leur forme complète est ignorée, par exemple : « SNCF » au lieu de « Société nationale des chemins de fer français », « BCG » au lieu de « vaccin bilié de Calmette et Guérin » ou « IBM » au lieu de « International Business Machines ».

L’emploi du sigle ou de l’acronyme présente souvent l’avantage de la brièveté, et à cet avantage s’ajoute parfois celui de la clarté.

NOTE : Le Système de référence terminologique de l’ONU (UNTERM) contient les principaux sigles et acronymes en usage à l’Organisation. On peut le consulter à l’adresse suivante : http://unterm.un.org/.

Règles générales

Les sigles et acronymes doivent toujours faire l’objet d’une explication. Si une appellation revient à plusieurs reprises dans un document, il convient de la donner la première fois sous sa forme complète et de la faire suivre du sigle ou de l’acronyme entre parenthèses.

Si un document contient de nombreux sigles et acronymes, leur liste peut être insérée après la table des matières ou à la fin du document s’il n’y a pas de table des matières.

Les sigles et acronymes ne doivent pas être utilisés dans les résolutions, sauf dans les rares cas où ils font partie de la désignation officielle (par exemple : Comité intergouvernemental ONU/FAO du Programme alimentaire mondial).

Les sigles et acronymes ne sont pas utilisés pour les appellations qui n’apparaissent qu’une fois ou deux dans un texte. Dans de rares cas, le nom développé de l’entité n’est jamais utilisé, par exemple : INTERPOL.

Quand il n’existe pas de sigle ou acronyme admis en français pour une longue appellation qui revient plusieurs fois, il convient, après en avoir donné le nom intégral une première fois, de l’abréger dans la suite du texte.

Les sigles et acronymes ne sont pas utilisés dans les titres, les intitulés ou les rubriques.

L’usage à l’ONU veut que les abréviations et acronymes ne comportent pas de ponctuation (par exemple : PNUD et non P.N.U.D.).

Les sigles et acronymes ne doivent pas être utilisés dans les cas suivants
(les titres abrégés peuvent cependant l’être si nécessaire) :

  • Principaux organes et bureaux de l’Organisation des Nations Unies :
    • Assemblée générale, Conseil de sécurité, Conseil économique et social
    • Office des Nations Unies à Genève/Vienne/Nairobi
  • Titres des hauts fonctionnaires :
    • Secrétaire général, Secrétaire général adjoint, Représentant spécial du Secrétaire général
  • Bureaux, départements, divisions, sections, etc., du Secrétariat (les abréviations qui figurent dans l’annuaire téléphonique ne sont pas utilisées dans les documents officiels mais peuvent l’être quand l’espace est limité, par exemple dans les tableaux)
  • La plupart des commissions et comités, conseils, tables rondes et instances similaires
  • Les conventions, traités, plans et programmes d’action
  • Les fonds, programmes et instances similaires qui ne sont pas considérés comme des organismes établis
  • Les noms des États Membres
  • Les services généraux (1re classe, autres classes, poste d’agent recruté sur le plan national)
  • La Cour internationale de Justice, le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie, le Tribunal pénal international pour le Rwanda et autres cours et tribunaux
  • Les forces armées et forces de police
  • Les termes militaires
  • Les titres peu connus ou noms mentionnés une ou deux fois dans un document

Exceptions

Les exceptions aux règles générales énoncées ci-dessus sont les suivantes :

Titres abrégés

Un titre abrégé peut être utilisé pour remplacer un nom ou titre répété maintes fois dans un document à condition qu’il figure la première fois sous sa forme complète et qu’il n’en découle aucune ambiguïté : l’Assemblée, le Comité, la Commission, le Conseil, le Département, le Ministère, l’Office, la Charte, etc.

Abstraction faite de l’emploi de l’acronyme « ONU », il convient souvent, même dans les textes de caractère formel, d’abréger « Organisation des Nations Unies » en « Organisation ».

Sauf dans les textes de caractère formel, certains noms de pays peuvent être abrégés si la désignation ne prête pas à confusion.

Les noms de certains États Membres peuvent également être abrégés dans les tableaux.

Dates, diplômes académiques, titres, etc.

Dates

Faute de place, dans les tableaux notamment, il faut parfois abréger le nom de certains mois. En pareil cas, les abréviations sont les suivantes : janv., févr. (et non fév.), juill. (et non juil.), sept., oct., nov., déc. Les autres mois (mars, avril, mai, juin, août) ne sont pas abrégés.

Dans les très rares cas où la date doit être exprimée en chiffres, les chiffres sont séparés par des barres obliques (par exemple : 6/5/2009).

Pour plus de renseignements sur les dates, voir Nombres, dates et heures.

Diplômes académiques

B. A.pourBachelor of Arts
B. Sc. Bachelor of Science
CAPES Certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement du second degré
DEUG Diplôme d’études universitaires générales
UV Unité de valeur

Titres de civilité

M.pourMonsieur
MM. Messieurs
Mme Madame (à employer aussi en cas de doute pour l’anglais « Ms. »)
Mmes Mesdames
Mlle Mademoiselle
Mlles Mesdemoiselles
Me Maître
Mgr Monseigneur

Titres honorifiques

S. E. ; LL. EE.pourSon Excellence ; Leurs Excellences
S. Ém. ; LL. ÉÉm. Son Éminence ; Leurs Éminences
S. A. ; LL. AA. Son Altesse ; Leurs Altesses
S. A. I. ; LL. AA. II. Son Altesse Impériale ; Leurs Altesses Impériales
S. A. R. ; LL. AA. RR. Son Altesse Royale ; Leurs Altesses Royales
S. A. S. ; LL. AA. SS. Son Altesse Sérénissime ; Leurs Altesses Sérénissimes
S. M. ; LL. MM. Sa Majesté ; Leurs Majestés
S. M. I. ; LL. MM. II. Sa Majesté Impériale ; Leurs Majestés Impériales
S. M. R. ; LL. MM. RR. Sa Majesté Royale ; Leurs Majestés Royales

Divisions d’un texte

Les mots désignant les divisions d’un texte ne doivent pas être abrégés dans le corps du texte mais peuvent l’être dans une parenthèse ou une note :

alinéa(s)al.
article(s)art.
chapitre(s)chap.
colonne(s)col.
numéro(s)no, nos
page(s)p.
paragraphe(s)par.
section(s)sect.
tome(s)t.
volume(s)vol.

Ces abréviations ne peuvent être employées que lorsqu’elles sont immédiatement suivies de chiffres.

Poids et mesures

Dans un texte général, on exprime en toutes lettres les unités de poids et de mesure sans employer la forme abrégée, dite symbole.

En revanche, dans une énumération de mesures et dans les ouvrages économiques ou statistiques, les unités de mesure sont abrégées en symboles.

Il convient de noter que les symboles :

Symboles les plus courants

Longueur
mmmillimètre
cmcentimètre
mmètre
kmkilomètre
Surface
cm2centimètre carré
m2mètre carré
km2kilomètre carré
hahectare
Volume
cm3centimètre cube
m3mètre cube
kgkilogramme
ttonne
Poids
mgmilligramme
ggramme
  
  
 
Capacité
mlmillilitre
clcentilitre
dldécilitre
llitre
hlhectolitre
  
  
  
  
  
  
Électricité
Aampère
kAkiloampère
Vvolt
kVkilovolt
kVAkilovoltampère
MVAmégavoltampère
Wwatt
MWmégawatt
Hzhertz
kHzkilohertz
MHzmégahertz
Énergie
kWhkilowattheure
MWhmégawattheure
chcheval-vapeur
calcalorie
kcalkilocalorie
Jjoule
Kkelvin
Nnewton
  
  
  
Vitesse
m/smètre par seconde
km/hkilomètre par heure